Home » PhD atelier DHLausanne » L’interview dans une thèse en histoire de l’art, Héloïse Pocry (Unil/Paris 1), 18.01.13

L’interview dans une thèse en histoire de l’art, Héloïse Pocry (Unil/Paris 1), 18.01.13

Advertisements

The experimental group of PhD DH students in Lausanne has weekly meetings until the end of March 2013. This blog presents some echoes of the meeting and complements, reactions, developments of the PhD students and professors.

Ce vendredi 18 janvier, Héloïse Pocry, doctorante en histoire de l’art à Paris et Lausanne, a ouvert les feux en présentant de manière captivante sa quête méthodologique et son parcours de chercheuse pour sa thèse qui porte sur l’histoire des écoles de photographie en France, Allemagne et Suisse, 1900-2010, avec un focus sur le tournant des années 1980 en France.

Cours de photographie d'architecture donnŽ devant la villa Doret par Hermann Kšnig en 1956

L’école de photographie de Vevey se trouvait d’abord dans la Villa Doret et est aujourd’hui dans le bâtiment moderne du CEPV, à l’angle du jardin de cette même propriété (photo tirée du site du CEPV).

Pour sa recherche, H. Pocry a choisi de mener un certain nombre d’interviews, afin de comparer et mettre en jeu les unes face aux autres documentation orale et archives écrites. Elle a convaincu le groupe présent de l’importance de solliciter la mémoire orale des acteurs encore vivants, ou parfois aussi des archivistes responsables de constituer les objets d’étude historiques. Documentation orale et documentation écrite donnent accès à de l’information sur la mémoire culturelle collective et individuelle sur deux modalités complémentaires et indispensables, telle est la conviction avec laquelle plusieurs participants sont repartis de la rencontre.

Dans son parcours de formation, la doctorante a souligné l’impact de ses intérêts propres pour aller vers une démarche transdisciplinaire: elle a passé d’un baccalauréat scientifique à un master en Lettres; son engagement bénévole dans une radio locale («Fréquence Banane», Université de Lausanne) l’a considérablement aidée à mettre sur pied une technique d’enregistrement des entretiens. Il lui a fallu mettre des protocoles sur pied et partir à la «pêche» d’éléments de formation en sociologie quant aux enquêtes de terrain. Les interviews qu’elle a pu mener touchaient souvent aux récits de vie: la psychologie serait ici également à solliciter. Elle a souligné combien il était inhabituel encore d’allier sources orales et écrites en francophonie dans une démarche historienne. Elle a été invitée à retranscrire littérairement les entretiens, plutôt qu’à en faire des procès-verbaux, en vue des les intégrer dans une thèse écrite sur papier. Une telle démarche historienne, qui ose la pluralité des sources, met l’humain au centre, a-t-elle conclu.

C’est bien la conclusion également de Maureen Guarcello et Matthew Kirschenbaum dans la récente discussion dans «The Humanist Discussion Group» autour de la «digital materiality»: l’humain est au centre. La rencontre entre sciences sociales, humaines et technologies conduit à reconquérir le terme d’«Humanités» dans son sens générique, ce que se propose une plateforme comme les newhumanities.org Par ailleurs, la perspective des Humanités Digitales demanderait pour une telle recherche à développer des formats de publication qui intègrent les interviews, avec voix masquée si requis par l’interviewé/e, et des techniques de mises en réseaux des informations des sources écrites et orales.

Enfin, cette recherche s’inscrit dans l’appropriation, via le média digital et la reconfiguration disciplinaire, de l’histoire orale par les spécialistes de l’histoire écrite. On citera ici l’ouvrage de Florence Descamps, «L’Historien, l’archiviste et le magnétophone», disponible online (merci à Frédéric Clavert pour cette référence). On pensera aussi au projet de Julianne Nyhan et Anne Welsh de l’UCL sur les «Hidden Histories», la litéracie orale et l’émergence des digital humanities, ainsi qu’au projet de thèse d’Enrico Natale sur l’émergence des TIC en Suisse 1970-2012 qui sera présenté dans ce groupe de doctorants.

Voici quelques échos de cette première présentation qui nous a tous passionnés… je laisse chacun/e compléter dans ce blog ses impressions pour notre «Journal de bord»!

Claire Clivaz

Advertisements

3 Comments

  1. Merci beaucoup pour cette excellente contribution, je me réjouis de pouvoir encore débattre des beautés/problèmes engendré par ce support de “témoignage audio” si mal considéré par notre (ma) discipline conservatrice !

  2. […] ce temps, on teste le dépassement des frontières du côté de Lausanne (CH): voici le début du journal de bord du groupe de doctorants Unil-EPFL en sciences humaines, sociales et technologiques, avec quelques […]

  3. Héloïse Pocry says:

    Merci pour ce compte-rendu de nos vivifiantes discussions de vendredi! Parmi les points importants qui ont été débattus figurait aussi la question du mythe de l’objectivité du chercheur, que la méthode de l’entretien met particulièrement en évidence (puisque le chercheur est non seulement confronté à un témoignage personnel mais est en outre le créateur de sa source). Ce mythe reste à déconstruire jusqu’au bout dans les disciplines historiques mais les conclusions provisoires de nos débats étaient que les sources écrites sont aussi subjectives que les sources orales, et que, pour le chercheur, plonger dans l’intersubjectivité est finalement un moyen de relativiser cette problématique : en se confrontant à la subjectivité, le chercheur prend conscience de l’impossibilité de l’objectivité et gagne ainsi en impartialité, dans le sens où savoir que toute source est manipulée/manipulable (qu’elle soit écrite ou orale!) permet de prendre les pincettes de la taille nécessaire pour exploiter n’importe quelle source. Là encore, d’autres disciplines (l’anthropologie notamment) sont plus avancées dans ces questions : on en revient toujours aux bienfaits de l’interdisciplinarité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Digital Humanities 2014

%d bloggers like this: